La bouche pleine à Chicago – Spécial junk

Il arrive parfois à La bouche pleine d’approcher la faillite comme tout le monde à force d’extravagance. Quoi de mieux qu’un bon vieux hot-dog pour ré-équilibrer le budget. Un passage obligé de notre voyage. À défaut de ne pouvoir aller chez Hot Doug’s Sausage Superstore and Encased Meat Emporium, le nec plus ultra du Hot Dog à Chicago (frites cuites dans le gras de canard offertes les samedi), on a opté pour le America’s Dog. Sur un des murs, on pouvait y lire l’inscription suivante:

Au menu, un hot-dog pour chaque ville. Évidemment, nous avons choisi à l’unisson le Chicago Dog: moutarde, relish, oignons, piments « sportifs », tomates, cornichons & sel de céleri.

Chicago21

Trouvez la saucisse

Comme certains plafonnent dans leur échelon salariale, le hot-dog plafonne aussi dans cet échelon qui lui est propre, sans toutefois pouvoir appliquer sur d’autres postes. Le hot-dog ne pourra jamais accéder aux postes de haute-direction. Il n’est malheureusement pas qualifié pour ce genre de travail. Même s’il excelle, il demeurera toujours un hot-dog. C’est sa condition.

Deuxième passage obligé: the Italian Beef Sandwich. Une autre spécialité signée Chicago. Nous avons pris le métro et marché 4 coins de rue pour ce sandwich. Apparemment, l’un des meilleurs Italian Beef de la ville, selon mes recherches compulsives. Le temple du sandwich est apparu telle une vision:

Chicago Italian Beef Sandwich

Al’s #1 ? Nul ombre d’un doute. On entre. Il est 14h30. 4 personnes sont attablées et mangent toutes le même sandwich sur de la musique d’Elvis.

Chicago Italian Beef sandwich

#1 Italian Beef Sandwich. Le Schwartz de Chicago.

Le boeuf, assaisonné d’épices italiennes, est rôti au four durant des heures. Devenu extrêmement tendre, il est ensuite tranché très mince pour être servi dans un pain italien, accompagné de fromage provologne et d’un sauté de poivrons et piments maison. Les épices et les assaisonnements employés ne comprennent que des produits naturels et sont le fruit d’une recette élaborée il y a 70 ans, par essais-erreurs. Al’s #1 Italian Beef ont été les premiers à pratiquer cette recette à Chicago, d’où le nom sans prétention.

Cochon, sublime, dégoulinant, splendide. Nous sommes au pinacle de la junk. Un des moments inoubliables de notre voyage. Accompagné de frites maison sauce Cheez whiz. Malgré mon dédain pour le plastique, figurez-vous que j’ai aimé.

Chicago frites

Les frites sauce Cheez Whiz

Une observation : à Chicago, non seulement les breuvages se déclinent en trois formats, mais la bouffe junk aussi. Il y a le petit hot-dog, le hot-dog régulier, le hot-dog jumbo, comme il y a le petit sandwich, le régulier et le super-sandwich. Les frites au Cheez Whiz sont extrêmement prisées. Et on a presque envie d’aller étudier chez Mcdo.

Chicago mcdo

Le Mcdo intergalactique

Pour la pizza, ce sera pour un prochain voyage. La meilleure se trouve apparemment chez Lou Malnati’s, si vous avez un jour la chance d’y aller.

Ce contenu a été publié dans Budget petit, Carnet d'adresses, Casse-croûte, Cuisine italienne, Voyage, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

6 réponses à La bouche pleine à Chicago – Spécial junk

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.